Suzanne LAMOUROUX expose cet été

Notre ancienne présidente du CIQ poursuit son oeuvre artistique et expose cet été : (Voir l’affiche)
du 23 au 28 juillet : Maison de la Vallée, Pont du Fossé (Hautes Alpes)
les 3 et 4 août : Salle des fêtes, Savines-le-Lac (Hautes Alpes)
du 1er au 8 septembre : Salle Jean-Claude Revol, St Cannat (Bouches du Rhône)

N’hésitez pas à lui rendre visite si vous passez par là !

Passage à niveau : 6 mois sans diminuer la dangerosité

En décembre de l’année dernière, le CIQ de Venelles a souligné l’urgence de mieux marquer au sol et de mieux signaler à l’avance la présence du passage à niveau situé en plein milieu de la commune de Venelles, sur son axe central, entre la zone d’activité au nord et la zone commerciale au sud. En effet, des accidents mortels s’y sont déjà produits, et la mort de 4 enfants dans un car scolaire près de Perpignan avait rappelé que ce type d’accident est toujours possible. Or de nombreux bus de ramassage scolaire et de ville traversent ce passage à niveau, tous les jours dans chaque sens.
Voir l’article du 17 décembre 2017

Que demandions-nous ? En tant que contribuables, des mesures peu coûteuses mais efficaces : peindre la chaussée en damier pour marquer l’interdiction de tout arrêt, une signalisation lumineuse annonçant le tronçon dangereux, pour se démarquer de la forêt de panneaux publicitaires qui enlaidissent ce faubourg et détournent l’attention des automobilistes.

Quelle a été la réponse ? Le rehaussement des feux au niveau du passage – mais de toute façon, l’automobiliste qui suit un bus ou un camion ne les verra que trop tard. La réfection de la chaussée sur quelques mètres de part et d’autre, ce qui a dû enrichir quelque entrepreneur de travaux publics mais ne diminue en rien la dangerosité.
Voir la photo.

Qu’en concluez-vous (plusieurs réponses sont possibles) ?
– Il ne sert à rien de rouspéter ni de donner des conseils.
– Les édiles se foutent de votre sécurité.
– Le « pas cher » n’intéresse pas les édiles. Expliquez pourquoi.
Allez, un peu d’imagination, vous allez bien trouver d’autres conclusions !
Bon devoir de vacances.

La lutte contre la pollution en Pays d’Aix avance – à pas de sénateur !

par Patrick MICHAILLE

L’argument de la pièce
L’article 2 du jugement du Conseil d’Etat du 12/07/2017 n° 394254, qui s’applique – entre autres – à la zone Aix-Marseille « enjoint au Premier ministre et au ministre chargé de l’environnement de prendre toutes les mesures nécessaires pour que soit élaboré et mis en œuvre, pour chacune des zones énumérées au point 9 des motifs de la présente décision, un plan relatif à la qualité de l’air permettant de ramener les concentrations en dioxyde d’azote et en particules fines PM10 sous les valeurs limites fixées par l’article R. 221-1 du code de l’environnement dans le délai le plus court possible et de le transmettre à la Commission européenne avant le 31 mars 2018. »

1er acte : Demande de la Fédération (lettre de la Présidente au Préfet de Région, du 5 octobre 2017)

Pour diminuer la pollution due aux transports dans le Pays d’Aix, la Fédération demande :
– La limitation à 90 km/h sur les autoroutes A8 et A51 et la voie à grande circulation RN 296 traversant le territoire de la commune d’Aix.
– La suppression du diesel sur la ligne SNCF Aix-Marseille, à tout le moins la mise en œuvre d’une solution de motorisation mixte permettant de circuler en zones agglomérées en électrique.

2ème acte : Le Préfet de Région s’empresse de répondre , le 25 juin 2018 (9 mois plus tard – festina lente !) qu’il existait un Plan de Prévention de l’Atmosphère (PPA) depuis 2006, dont il admet que les effets sont encourageants mais insuffisants.

En effet, les actions du PPA ont été mises en place en 2012, 5 ans après les mesurages servant de référence (2007). Le point d’avancement en 2017 montre, depuis 2012, une quasi-stagnation des PM10 (-13 %) et des PM 2,5 (-23%). Leur baisse n’est donc pas due au PPA … Seuls les NOx continuent de décroître, atteignant déjà les valeurs visées pour 2020, et ceci grâce principalement aux efforts de l’industrie (arrêt des centrales au fioul de Fos).

Concernant les déplacements Aix-Marseille, le Préfet précise que les efforts visent à 1) diminuer l’auto-solisme [en encourageant le covoiturage ? comment ? ce n’est pas dit] ; 2) en prolongeant la voie réservée aux bus sur l’autoroute (voir http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/les-voies-bus-sur-autoroutes-a10099.html ); 3) en visant de doubler le nombre d’usagers du train [comment ? ce n’est pas dit]. Pour autant, l’électrification de la ligne est jugée trop coûteuse, et des solutions alternatives sont à l’étude (batteries, hydrogène) [pour quel délai ? ce n’est pas dit].

3ème acte : La Présidente de la Fédération a aussitôt rappelé, dans sa réponse du 5 juillet 2018, la demande de limitation de vitesse sur les autoroutes urbaines, comme cela est en vigueur à Grenoble, Chambéry et Valence, avec des baisses immédiates de pollution. Et suggéré un terme de 3 ans pour le remplacement des moteurs diesel des TER Aix-Marseille, dont le trafic va doubler durant cette période.

NB : pour ce qui concerne Venelles, la diminution de la vitesse sur l’autoroute entre les Platanes et le péage de Pertuis permettra en outre de réduire les nuisances sonores dont souffrent les riverains.

« Tempo lève la main »

« Tempo lève la main » est une application d’échange de services contre du temps disponible sur vos smartphones. Le principe est simple : vous fournissez 1h de service à quelqu’un de la communauté, une autre personne de la communauté vous fournit 1h de service et ce, sur toute la France.
Voir la notice de présentation.
Les services ne manquent pas : arroser les plantes, nourrir les chats, ranger les placards, faire du repassage, accompagner à l’aéroport, aider à organiser une fête, rendre visite à une personne dépendante …
L’abonnement annuel est de 12 € (soit une somme modique de 1 €/mois). En passant par une association comme le CIQ, vous pouvez économiser entre 4 et 8 euros par an, suivant le nombre d’abonnés.
Voir les avantages du partenariat.
Il ne vous reste plus qu’à vous manifester auprès du CIQ dans les commentaires, puis auprès de TEMPO !
A bientôt

Le CIQ et AVEC vous présentent leurs meilleurs voeux

Pour l’année 2018, beaucoup de bonheur en famille et avec vos amis venellois dans le cadre d’activités communes !
Et pour la vie à Venelles, encore plus de sécurité lors des déplacements, et du plaisir à vivre ensemble !

Encore un accident sur un passage à niveau : que fait le maire ?

Un car scolaire a été percuté par un TER sur un passage à niveau à Millas (sur la route de Perpignan à Prades) le 14 décembre 2017, faisant 4 tués sur le coup. On apprend aujourd’hui le décès d’un cinquième enfant. Toute la France est en émoi, et nous prenons part à la détresse des familles, en les assurant de toute notre sympathie.

Ces six dernières années, il y a eu en France en moyenne annuelle 111 collisions aux passages à niveau, tuant 30 personnes et en invalidant 15, soit 45 familles traumatisées chaque année. (voir https://www.securite-passageaniveau.fr/pages/accidentologie-aux-passages-niveau ).
En ce qui concerne les causes, la majorité des accidents aux passages à niveau concerne les trajets habituels et touche les personnes résidant à proximité, car la routine engendre une baisse de vigilance ou une prise de risque, qui peut se révéler fatale : non-respect de la signalisation, tentative de traversée en force ou passage en chicane.

A Venelles, le dernier accident mortel remonte au 7 février 2016, voilà bientôt 2 ans. Les associations CIQ de Venelles, AVE, et AVEC avaient demandé que des mesures d’urgence soient prises pour réduire le risque qu’un véhicule reste sur la voie au passage d’un train, dans un premier temps en doublant la signalisation existante par des mesures physiques simples et peu coûteuses, doublées d’une campagne de sensibilisation sur la dangerosité de ce passage et expliquant le rôle des mesures prises :
À environ 20 m de part et d’autre de la voie ferrée
1) des feux clignotant orange, surplombant un panneau de signalisation « passage à niveau » ;
2) un marquage au sol (carroyage blanc) signalant une zone à risque et l’interdiction de s’y arrêter.

En outre, les associations demandent d’aménager un passage piéton avec poussette, et de signaler au niveau du rond-point de la gare la possibilité d’un contournement pour les véhicules légers via la rue de gare, de façon à diminuer la saturation du rond-point de la gare. (voir l’article)

Dans les remarques faites sur le site par les Venellois, il en est une de bon sens : de supprimer les stationnements entre le passage à niveau et le rond point de la gare, car les véhicules qui manœuvrent à cet endroit pour se garer bloquent la circulation des véhicules en aval, qui peuvent se trouver arrêtés sur le passage à niveau quand les barrières se ferment. Le danger est augmenté par les piétons qui quittent leur voiture et traversent l’avenue pour se rendre aux magasins, et qui obligent les véhicules à s’arrêter, au risque de faire caler un véhicule engagé dans le passage à niveau.

Une lettre de relance, a été déposée à la mairie le 29 août dernier.

Des mesures de bon sens, simples et peu coûteuses. « La sécurité est l’affaire de tous ! », apprend-on dans les écoles. A Venelles, elle est manifestement l’affaire des autres : de la SNCF, des conducteurs de bus, de cars, de poids lourds, d’autos et de deux-roues …, de l’agglomération aixoise, de la métropole, du président de la République ou du roi de Prusse, bref de tous – sauf du maire, le premier magistrat de la commune !

Si vous vous sentez concernés par votre sécurité, ainsi que celle de vos enfants et de vos proches, n’hésitez pas à signer la pétition du CIQ et à la déposer à la mairie, avec copie au CIQ.

AG du CIQ – 2017

L’assemblée générale du CIQ de Venelles se tiendra le lundi 18 décembre à la salle des Logissons, de 18h à 20h.
L’ordre du jour est le suivant :
1. Accueil & émargement des participants
2. Rapport moral – rapport financier – vote des quitus
3. Débat d’orientation de l’activité 2018 ; vote du montant de la cotisation 2018
4. Élection de nouveaux administrateurs
5. Questions diverses
Clôture autour du verre de l’amitié

• Si le quorum n’est pas atteint, la séance sera reportée à 18h30 et les décisions seront effectives quel que soit le nombre des membres présents ou représentés.
• Pour participer aux votes, les adhérents devront être à jour de leur cotisation dont le montant pour l’année civile 2017 a été maintenu à 10 €.
Nous appelons les adhérents à faire partie du Conseil d’administration, pour impulser du dynamisme à la vie de l’association.

Vous pouvez télécharger :
le projet de rapport moral,
la convocation et le pouvoir,
l’appel à candidature de nouveaux administrateurs,
les bulletins d’adhésion (2017, et 2018).

PLU : CR de la réunion des Personnes Publiques Associées du 6 nov. 2017

La réunion avait pour objet de présenter et recueillir les avis sur les modifications du PLU de fin 2017, avant que le PLU ne soit géré dans le cadre intercommunal de la Métropole, à partir de 2018.
Une réunion publique a eu lieu le 13 novembre 2017, pour présenter ces modifications. Une autre réunion publique est prévue le 4 décembre. Les modifications seront votées par le Conseil municipal avant la fin de l’année.
L’enquête publique est prévue au 1er semestre 2018. Les modifications et les permis de construire correspondants pourront donc être attribués au 2ème semestre 2018.

Vous pouvez lire le compte rendu ici.

Eguilles refuse le Linky

Le Conseil municipal d’Eguilles a pris une délibération le 16 novembre 2017 demandant à Enedis de stopper l’installation des compteurs Linky sur la totalité du territoire communal d’Eguilles, jusqu’à ce que la jurisprudence « La Rochelle » et TGI Grenoble soit infirmée ou confirmée.
Les arguments présentés sont les suivants :
1) La commune peut revendiquer la propriété des compteurs Linky, contrairement au cahier des charges qui en fait une propriété d’ERDF (devenu Enedis).
2) Les associations et les maires attendent de l’Etat les réponses aux questions posées sur les précautions notamment vis-à-vis des personnes électro-sensibles.
3) Enedis ne respecte pas le consentement des abonnés vis-à-vis des données personnelles prélevées.
4) Les réserves émises par Mme S. Royal, ministre de l’environnement, à M. Mouloubou, président du directoire d’Enedis, le 21 avril 2017, n’ont pas été levées.
5) Une pétition a recueilli plus de 200 signatures, et la constitution d’un collectif d’abonnés est susceptible d’initier des manifestations constitutives de troubles à l’ordre public relevant de la compétence du Maire.

Vous pouvez lire ici la délibération.

Linky : M. le Maire écrit à N. Hulot et à Enedis

d’après Magali Lions
Suite à notre travail auprès de la mairie depuis plus d’un an et demi, à la réunion du 21 septembre en présence de représentants d’ENEDIS, et en réponse aux nombreuses actions individuelles de citoyens venellois, Monsieur le Maire a rédigé deux courriers : l’un au Directeur Territorial Bouches-du Rhône d’ENEDIS, et l’autre au Ministre de la Transition écologique et solidaire.
Vous pouvez les lire sur le site de la mairie de Venelles :
http://www.venelles.fr/les-interrogations-des-venellois-sur-le-deploiement-des-compteurs-linky/

En ce qui concerne le Ministre, les questions portent sur les moyens que le gouvernement mettra en œuvre pour faire respecter par Enedis les préconisations de la CNIL quant au respect de la vie privée, et pour les actions de suivi des effets sur la santé des rayonnements électromagnétiques induis par le Linky. Le maire déplore que les moyens d’action des maires soient inexistants, alors que « Nombre de nos concitoyens, dont plusieurs de mes administrés, ne comprennent pas que les autorités publiques laissent ces interrogations sans réponse ».

Pour ce qui concerne Enedis, le Maire rappelle « J’ai bien pris note que vos services ne contraindraient pas les usagers refusant le compteur Linky, et je veillerai bien évidemment à ce que cet engagement soit tenu » et il conclut « il me serait agréable que vous puissiez surseoir au déploiement de ces dispositifs communicants, le temps que nous puissions recueillir un sentiment moins défavorable auprès de la population venelloise ».

C’est un signal fort en direction de tous les citoyens qui ont manifesté leurs inquiétudes auprès de la mairie : nous avons été entendus, c’est un soulagement. M. le Maire s’engage à faire respecter la liberté individuelle.

Pour signifier votre refus, il vous faut
1) téléphoner à LS Service (le numéro de téléphone figure sur le courrier qu’ils vont vous envoyer) ;
2) écrire à ENEDIS (en RAR), copie à la mairie ;
3) afficher l’accusé de réception et la lettre sur votre compteur, en écrivant clairement que vous refusez Linky.

Merci à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont permis à M. Mercier de prendre connaissance des éléments de ce dossier et de l’inquiétude de ses administrés.
Magali

État de catastrophe naturelle : sécheresse

Un arrêté interministériel de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle sécheresse a été établi en date du 25 juillet 2017, avec parution au Journal Officiel le 1er septembre 2017.

Cet arrêté est consultable ci-dessous ainsi qu’à la mairie à l’accueil et au service urbanisme :
Arrêté du 25 juillet 2017 portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle
Arrêté du 25 juillet 2017 portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle (format pdf)

Mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er janvier 2016 au 30 septembre 2016 pour les Communes d’Aubagne, Gréasque, Roque-d’Anthéron (La), Roquevaire, Venelles.

Les personnes concernées par des fissures apparues pendant cette période disposent d’un délai de 10 jours à compter de la date de parution au Journal Officiel pour opérer leur déclaration auprès de leur assureur multirisques habitation. = 10 septembre. Lettre recommandée avec accusé de réception.

Il existe des lettres type de déclaration de sinistre. Il n’y a plus besoin d’écrire à la Mairie à ce stade.

Plus d’infos : Sécheresse : garanties et indemnisation des dommages subis par les habitations (F.F.A)

Un directeur d’EDF Energies Nouvelles justifie le Linky

par Patrick MICHAILLE

Nicolas COUDERC, directeur France et énergies réparties d’EDF Energies nouvelles justifie le Linky (sans le nommer) par le développement de l’autoconsommation électrique.

« Avec l’autoconsommation, tout change : le client devient producteur, et le réseau doit se transformer pour accueillir non plus quelques dizaines de sites de production, mais des … centaines de milliers… [et] être capable d’agir à la fois sur le couple production-consommation au plus près du client en analysant les modes de vie et les usages d’énergie dans la maison afin de piloter l’équilibre du système au niveau local…
L’autoconsommation implique donc pour les énergéticiens une double révolution : culturelle, pour placer leurs clients et l’optimisation locale du système au cœur de leur stratégie d’entreprise, et numérique, car ce changement de focale ne sera possible qu’au prix de la digitalisation et de la plongée dans le Smart Data*
La digitalisation sera d’autant plus importante que les clients-producteurs ne se couperont pas du réseau : sauf révolution technologique dans le stockage d’électricité, l’autonomie énergétique restera pour la plupart des consommateurs une chimère. Ils continueront à bénéficier du service rendu par le réseau à titre « d’assurance » pour les jours sans soleil et comme un moyen d’écouler et de valoriser la production locale d’électricité dont ils n’ont pas l’usage. L’autoconsommation n’a donc pas vocation à remplacer le système existant mais plutôt … à le complexifier. »

*Smart Data : gestion de vos données personnelles par Smart Brother, version soft du « Big Data » qui rappelle « Big Brother » (ou – 30 ans après 1984 – GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) ; lire à ce sujet « l’Homme nu » de Marc Dugain et Christophe Labbé, Robert Laffont-PLON, 2016

Voir l’article publié dans Les Echos, 9 aout 2017.

LINKY – réunion du GT du 12 juillet 2017

par P. Michaille

Le GT Linky, piloté par M. François Meniolle d’Hauthuille, s’est réuni le 12 juillet 2017 en présence de M. le Maire.

La pose des compteurs à Venelles a été repoussée à l’automne, ce qui laisse le temps d’organiser une réunion publique début septembre (en principe, le jeudi 7 septembre vers 18h).

Le GT a pris note de la mise à jour par l’ANSES de son rapport.. On en trouvera ci-joint un extrait fait par Mme M. Lions.
On note en particulier que :
• Le trafic est plus important que celui initialement annoncé par ENEDIS, entrainant une durée d’exposition plus longue que prévue, sans que les niveaux de champ électromagnétique soient plus élevés.
• On mesure bien des signaux dans les logements voisins non équipés de Linky (voir article précédent).
• II est nécessaire de réaliser des mesures additionnelles sur des dispositifs électriques utilisés très proches du corps humain (fauteuils, lits à commandes électriques, etc.)
• (j’ajouterais : mesurer l’impact sur les auxiliaires de santé électroniques tels que stimulateurs cardiaques, injecteurs d’insuline et autres médicaments, etc.)

En complément, le CES recommande d’étudier la possibilité d’installer des filtres, pour les personnes qui le souhaiteraient, permettant d’éviter la propagation des signaux CPL à l’intérieur des logements.

Le fait que les signaux CPL du Linky se propagent dans tout le réseau du quartier transforme la problématique personnelle (acceptation ou non) en une problématique sociétale (chacun subit les émissions de ses voisins) et justifie la présence à ces réunions d’une association des habitants comme le CIQ.

La possibilité d’installer des filtres, déjà évoquée dans notre rapport, a été retenue par le GT comme étant la plus apte à servir les Venellois, en leur permettant de bénéficier des avancées que présente le Linky d’une part, et d’autre part en protégeant les plus faibles (vieillards, personnes appareillées, femmes enceintes et nourrissons, etc.).

Le pilote du GT est chargé de contacter Enedis pour lui soumettre cette demande et en instruire la mise en place à Venelles.

En attendant, vous pouvez poser vos questions en « Commentaires », ou à l’adresse : CIQVNL@orange.fr

LINKY : la lettre du médiateur national de l’énergie – Mai 2017

par P. Michaille

Ce bulletin mensuel est consacré ce mois-ci aux compteurs Linky. On peut y lire notamment :

LINKY : les bénéfices pour les consommateurs se font attendre

Le médiateur avait soutenu le fait qu’un dispositif de suivi de la consommation en temps réel et son équivalent en euros accompagne systématiquement les compteurs communicants : Grâce à un afficheur dans le logement, les foyers auraient pu suivre leur consommation d’électricité en temps réel, permettant ainsi de les sensibiliser et de les aider à mieux la maîtriser, comme c’est le cas de la consommation instantanée de carburant dans les voitures. En vain.

Répondre aux questions des consommateurs

Porteur d’un pacemaker, cet abonné voulait s’assurer que les ondes ne risquaient pas de perturber son appareil. En l’absence de réponse du distributeur, il a décidé de saisir le médiateur. Voilà un exemple de litige facile à régler, qui n’aurait pas dû arriver en médiation si la réclamation avait été correctement traitée par les opérateurs.

LINKY vu par L’UFC-QUE CHOISIR
L’association conteste l’intérêt des compteurs communicants et s’est opposée à leur généralisation sur le terrain législatif et juridique, malheureusement vainement. Elle en a toujours critiqué le réel intérêt consumériste, et le déficit criant d’information : Les consommateurs n’ont jamais été au coeur du projet des compteurs communicants.
Tout comme le médiateur, et dans l’esprit de la directive européenne, elle considère nécessaire que l’information soit accessible en temps réel et dans le lieu de vie.
Et de conclure : « On peut dire que le déploiement des compteurs communicants, en particulier sur l’électricité, s’est fait en dépit du bon sens et sans les consommateurs. »

Linky : Des perturbations … qui dérangent !

par P. Michaille à partir du document fourni par Magali LIONS

Enfin nous avons des mesures des perturbations créées par les Linky !

Le rapport technique de Raymond TRICONE* sur les émissions CPL du système LINKY fournit des mesures des niveaux, des fréquences et de l’occurrence des signaux Linky qui s’ajoutent aux parasites que le réseau électrique transporte habituellement (arrêt-démarrage de moteurs, causes naturelles : foudre, etc.).

*NB : Ancien électronicien au Centre d’Etudes et de Recherches Techniques des Sous-Marins de la Direction des Constructions Navales de Toulon (DCN/CERTSM)

MESURES PHYSIQUES DANS LES LOGEMENTS

R. Tricone a mis en évidence :
– Dans des appartements de Toulon non équipés de Linky, alors que les voisins le sont : la présence de signaux dans la plage de fréquence Linky avec une amplitude de 4 V (parfois supérieure), par trains d’ondes séparés d’une durée pouvant atteindre une quinzaine de secondes.
– Un relevé effectué pendant plus de 6 heures montre la répétition incessante des trains d’onde circulant sur le réseau électrique.
– Dans une maison du Revest-les-eaux, non équipés de Linky, alors que les villas voisines situées à 30 m le sont, l’amplitude atteint 20 V.

En conclusion, les signaux Linky ne s’arrêtent pas au compteur : il en suffit d’un pour polluer tout l’immeuble ou le quartier. Cette constatation (évidente, en l’absence de filtre) justifie que les actions de refus soient menées en groupe, au niveau d’une commune qui est le propriétaire des réseaux.
NB : le rapport exprime les mesures en Vpp (« volt peak-to-peak ») que j’ai traduit par « amplitude ».

IMPACT PHYSIOLOGIQUE
La norme NF EN 50065-1 pour la tension de sortie de l’émetteur s’exprime avec les amplitudes maxi suivantes : pour le Linky G1 — 3,73 V ; pour le Linky G3 — 14,14 V ; or pour le G3, les mesures atteignent 20 V.

Le rapport fait référence à Martin H. Graham, professeur en Génie électrique (université de Berkeley, Californie), qui a mis au point un appareil pour mesurer la pollution (parasites) sur les réseaux électriques. L’unité utilisée est le « Graham-Stetzer » : 1 GS = 24 V/s ; il est recommandé de ne pas dépasser 50 GS (certains sujets sont sensibles dès 27 GS).

Les mesures de transitoires Linky faites avec cet appareil (« microsurge-meter » : mesureur de micro-impulsions) atteignent 1300 GS, mais la mesure est amortie par le temps de réponse de l’appareil, et la valeur réelle est plus élevée.
Raymond TRICONE conclut donc : « Nous sommes loin des 50 GS préconisés par Martin H. GRAHAM. Ce pourrait être là l’explication du mal-être ressenti par certaines personnes depuis l’installation des compteurs LINKY. »