Compte-rendu de l’assemblée générale 2005

COMPTE-RENDU DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 28 NOVEMBRE 2005

Compte-rendu de l'assemblée générale 2005

RAPPORT D'ACTIVITES 2005

L’année 2005 a été une année novatrice dans le fond et dans la forme : 

  • dans le fond, parce que deux grandes actions ont mobilisé l’essentiel des énergies : le débat public de la LGV PACA et l’implantation d’une aire d’accueil des gens du voyage sur Venelles ;
  • dans la forme, parce que les caractéristiques des actions menées ont nécessité une étroite collaboration entre associations aussi bien venelloises que limitrophes de la commune de Venelles. On a eu beaucoup de satisfaction à travailler ainsi dans un esprit démocratique qui a permis à chaque fois d’aboutir à des consensus forts.

 

  • REUNIONS PUBLIQUES
  1. Le 31 janvier, une conférence/débat sur le thème « TGV ET LIGNE A GRANDE VITESSE COTE D’AZUR, bientôt le Débat Public » était organisée à l’initiative du CIQ avec la collaboration de Venelles Environnement. Le public s’est déplacé nombreux pour venir entendre Eric Pourchier nous présenter l’historique de l’opposition spectaculaire au tracé du TGV Méditerranée des années 1990 ainsi que l’annonce du Grand Débat Public de la future LGV Côte d’Azur ;
  2. Le 11 février, à l’invitation de Venelles Environnement, du CIQ de Venelles et du CIQ des Pinchinats, Lionel Martin, responsable du service agriculture de la Communauté du Pays d’Aix, nous a présenté les moyens et l’avenir pour le développement d’une agriculture responsable de l’environnement en zone péri-urbaine.
  • DEBAT PUBLIC « LGV COTE D’AZUR »

Dès le 21 février et jusqu’au 8 juillet 2005, s’est tenu le débat public de la LGV PACA. Conscient de l’enjeu d’un tel projet sur nos territoires et de la nécessité de nous retrouver à la table des négociations, le CIQ a mobilisé toutes les associations du Nord d’Aix, plus particulièrement concernées par deux des scenarii et leurs multiples variantes : les CIQ de Puyricard, de Coutheron, des Pinchinats, Durance Meyrargues Environnement, Mieux Vivre à Peyrolles et Venelles Environnement. Après de nombreuses rencontres, une contribution a été présentée à la Commission Particulière du Débat Public qui l’a acceptée en tant que Cahier d’Acteur. Dans ce document, qui a été largement diffusé dans Venelles, notamment dans le cadre du Venelles Magazine n° 13 (été 2005), de nombreuses idées ont été exprimées. Les associations proposent de répondre en priorité au développement des transports régionaux et de veiller à la protection des sites. Ces idées ont d’ailleurs été largement partagées par de nombreux autres acteurs. Le CIQ a été présent aux réunions publiques. Le 8 septembre 2005, la CPDP présentait le bilan de la concertation : quelques 8000 personnes aux 39 réunions publiques, 300 contributions dont 55 admises en tant que cahiers d’acteurs, 26000 signatures dans 14 pétitions, etc. Dans une première analyse, Monsieur Marzolf, Président de la Commission, résumait la réponse au demeurant complexe : oui à la LGV mais à condition de l’assortir d’un véritable programme d’aménagement régional en matière de transports rapides et à condition de ne pas obérer les finances locales. Un consensus pour un passage par Marseille est apparu au cours de cette concertation entre les villes de Marseille, de Toulon, voire de Nice en la personne de M. Estrosi, Président du Conseil Général des Alpes Maritimes et Ministre de l’aménagement du territoire. Mais il ne s’agit « que d’une contribution au débat » a déclaré M. Marzolf ! Néanmoins, les études destinées à conforter ce choix auraient coûté 1 million d’euros à la ville de Marseille, faut-il y voir une réelle intention ? la réponse pourrait être donnée par l’Etat le 8 décembre 2005. En attendant, RFF fera connaître sa décision de faire ou ne pas faire la LGV… Il convient de rappeler que la position aixoise a été claire et nette depuis le début : pas de nouvelle saignée en Pays d’Aix et pour un passage par Marseille.

Le 6 décembre 2005, RFF décide la poursuite du projet. On peut lire dans le communiqué « avant d’arrêter le fuseau définitif, RFF lancera en 2006 des études complémentaires destinées à vérifier les performances et la faisabilité des trois solutions, en prenant pour référence celle de la LGV des métropoles du sud, en concertation étroite avec les acteurs locaux. Des études préliminaires seront ensuite engagées sur la base de la solution retenue . Les études porteront sur : les conditions du prolongement éventuel du projet vers l’Italie dans la continuité de « l’arc méditerranéen », l’amélioration à court terme des dessertes régionales et du fret, la desserte du réacteur ITER, qui doit être implanté à Cadarache. »

  • AIRE D’ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE

Le mardi 14 juin, au cours d’une réunion du Comité Consultatif pour l’Environnement, les associations apprenaient l’implantation d’une aire d’accueil pour les gens du voyage sur la commune de Venelles. Un avis favorable avait été donné en bureau de CPA le 3 juin 2005 et une décision pour cette réalisation devait intervenir avant le 1er octobre 2005 sous peine de voir la commune privée des crédits d’Etat. Nous découvrions dans les jours qui suivirent que le Conseil de la CPA devait dans sa séance du 24 juin 2005 à Trets délibérer de cette implantation. Devant la mobilisation immédiate des associations, le Maire demandait le retrait de cette délibération.

La loi du 5 juillet 2000 fait bien obligation aux communes de plus de 5000 hab. de figurer au schéma départemental ce qui ne signifie pas réaliser une aire. Elles peuvent donc être seulement appelées à participer financièrement à la réalisation et à la gestion de l’aire d’une commune voisine. A titre d’exemple, les communes de Cassis et de Carnoux en Provence, financent l’aire de la Ciotat.

Après avoir étudié le schéma départemental, les associations ont écrit au Préfet pour attirer son attention sur les disproportions constatées : Venelles est une des plus petites communes du département  et se retrouve associée avec des communes encore plus petites (Peyrolles, Meyrargues et Le Puy Ste Réparade). Il lui est fait obligation de réaliser une aire de 40 emplacements à comparer aux 50 places supplémentaires exigées à la ville de Marseille ou encore Arles (plus grande commune de France) 40 places. De plus de nombreuses questions concernant le financement (investissement et fonctionnement) restent posées. Une commission extra-municipale a été mise en place à la demande des associations et une réflexion approfondie est donc engagée. A suivre …

Le 5 décembre 2005, le Conseil Municipal adoptait à l’unanimité une délibération constatant l’incapacité d’envisager l’implantation d’une aire sur Venelles pour des problèmes techniques. Nous sommes en attente de la réponse du Préfet.

  • CHARTE DE L’ENVIRONNEMENT

Le CIQ a continué d’apporter son concours à la Charte de l’Environnement dans le cadre des ateliers ouverts par l’Atelier de l’Environnement du CPIE (Centre Permanent pour l’Environnement du Pays d’Aix). En particulier, il a mis l’accent sur la limitation et l’harmonisation de l’affichage publicitaire en zone urbaine, péri-urbaine et de campagne, la réhabilitation des friches industrielles, la prévention contre les incendies en milieu agricole, l’application raisonné d’un débroussaillement non destructeur du milieu naturel. Ces propositions s’inscrivent dans un ensemble d’objectifs « visant à développer des pratiques de gestion respectueuses de l’environnement, à préserver la qualité et la diversité des paysages et des milieux naturels, à éduquer à la prévention des risques et à la conduite à tenir face à une situation d’urgence, à préserver la disponibilité et la qualité de la ressource en eau, à améliorer la valorisation des déchets et réduire leur production à la source, à connaître et réduire les consommations énergétiques et aider au développement des énergies renouvelables, à caractériser la pollution atmosphérique pour informer la population du Pays d’Aix, à mieux connaître le bruit pour améliorer le confort acoustique des habitants ». On le voit, un vaste programme qui ne doit pas rester qu’un cahier de bonnes intentions. Des actions ont été programmées pour les cinq années à venir, il appartient aux associations d’y participer de façon citoyenne.

Le CIQ s’est d’ores et déjà inscrit dans le groupe de travail concernant la charte publicitaire.

  •  L’AVANCEMENT DU PLU (Plan Local d’Urbanisme)

Le CIQ n’a pas manqué d’intervenir à nouveau pour la modification de l’accès aux commerces du Rond Point de la Gare. Rappelons qu’il suffirait d’un pôt de peinture pour changer le stationnement à l’intérieur de la copropriété, inverser le sens de circulation et éviter ainsi de bloquer les véhicules de façon dangereuse autour du rond point. Affaire à suivre …

  • LA POSTE

De nombreux préalables compliquent le projet : le transfert de compétence de la route nationale au Département, qui reprend les études et aurait sa propre vision des choses, le transfert de compétence de la zone d’activités à la CPA, l’enquête publique et l’acquisition du foncier par la commune. Les travaux seront engagés par tronçons, la première phase devrait concerner la partie des Logissons jusqu’à Intermarché. Le CIQ suit avec attention l’évolution de ce dossier.

Des aménagements annexes pourraient être réalisés rapidement : le chemin de la Carraire, un giratoire rue de la Touloubre et un rond point provisoire au niveau d’Intermarché. Un gros dossier à suivre…

  •  HALTE FERROVIAIRE DE VENELLES

La halte ferroviaire de Venelles fait toujours l’objet d’études. Le CIQ constate avec satisfaction que son positionnement est revu compte tenu des places de parking nécessaires. Le passage à niveau reste un problème majeur. Le CIQ a rappelé publiquement à RFF (Réseau Ferré de France) l’absence de protection piétonne et regrette qu’aucune réponse concrète ne lui ait donnée.

Le Conseil d’Administration est réélu. Aucune nouvelle candidature ne s’étant manifestée, sont renommés administrateurs :

    Mesdames :

  • Anne-Marie Joly,
  • Suzanne Lamouroux,
  • Agnès Rastit.

    Messieurs :

  • Paul Boi,
  • Lucien Brouchon
  • Jean-Claude Ghilliaza.

Nous regrettons le départ de Jean-Yves Malo qui nous quitte pour des raisons familiales et nous le remercions pour son amitié et l’aide qu’il continuera à nous apporter dans la mesure de ses disponibilités.

Le nouveau bureau se compose de :

  • Présidente : Suzanne Lamouroux,
  • Secrétaire : Anne-Marie Joly,
  • Trésorier : Jean-Claude Ghilliaza.

RAPPORT FINANCIER

Les ressources du CIQ repose exclusivement sur les côyisations de ses adhérents. Notre participation au débat public a été une charge supplémentaire et nous remercions celles et ceux qui nous ont aidés pour ce dossier.

  • En 2005 le montant des cotisations est resté fixé à 10 euros. Au jour de l'assemblée générale les comptes s'établissent comme suit :

RECETTE

REPRISE DU SOLDE AU 31 DECEMBRE 2004

833.03 €

Cotisations 2005

648.00 €

TOTAL DES RECETTES

1 481.01 €

DEPENSES

Frais de secrétariat et affranchissements

 761,56 €

Frais concernant le débat de la LGV

 306,15 €

Pôt d’accueil de l’Assemblée Générale

 81,73 €

 Renouvellement adhésion à la Fédération des CIQ

18.00 €

Renouvellement adhésion à l’Atelier de l’Environnement

25.00 €

Frais d’assurance

36,55 € 

Côtisation Durance Meyrargues Environnement

 5,00 €

TOTAL DES DEPENSES

1233,99 €

 

SOIT UN SOLDE EN BANQUE DE

 247,04 €

 

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.