La 4ème réunion portant sur le quartier des Michelons

La 4ème réunion sur le projet de quartier durable des Michelons a eu lieu en mairie le lundi 23 mars 2009 en salle des mariages.

Etaient présents :

  • Elus de la majorité : M.Chardon, Quaranta, Mercier, Granier, Mmes Clavel, Ardevol, Fabiani,
  • Elu de l’opposition : P. Morbelli
  • Association AVEC : M.Ferrante
  • Association CIQ : S. Lamouroux et D. Lambert

Voici le compte-rendu complet :

[tab:Objet]

L’adjoint au maire M. Chardon a présenté le dernier scénario (scénario n°3) élaboré par le bureau d’études à partir des remarques et commentaires soulevés lors de la 3ème réunion.
Ce nouveau projet a été préalablement présenté au groupe majoritaire pour qu’il exprime son avis.
Il s’agit encore d’une ébauche portant sur les points principaux (l’orientation à donner au projet) ; de nombreuses questions restent, d’autres sont soulevées au fur et à mesure de l’évolution du dossier.

Les détails seront travaillés en dernier.

Ce projet porté par la CPA entrera dans le cadre du projet CAT MED. En effet, La Communauté du Pays d’Aix mène une réflexion sur la qualité environnementale de ses projets urbains dans le cadre de son programme local de l’habitat. Elle a engagé en ce sens une démarche auprès de ses élus et a conçu un livret afin de les aider à « piloter un projet de quartier durable ». 

[tab:orientations]

Réaliser un quartier durable, dans un espace végétalisé, dans lequel la priorité sera donnée au piéton au détriment de la voiture.
La municipalité, conformément aux objectifs des quartiers durables, exprime sa volonté forte de réduire le nombre de véhicules par appartement, ce qui impliquera un engagement des futurs habitants dans   ce sens.
Une voie de circulation contournera le quartier (nous détaillerons plus loin) ; au centre  l’accès des véhicules sera réservé à la sécurité (pompiers etc…), aux déménagements etc… Les modes doux seront privilégiés. Une architecture bioclimatique sera favorisée.

L’accent sera  également mis sur la sécurisation des déplacements à l’intérieur et à l’extérieur du quartier.

[tab:contraintes]

  • La station service,
  • la nécessité  de faire un bassin de rétention, d’étendre le bassin existant,
  • la présence d’une zone inondable forte,
  • la zone au Sud,
  • les réseaux E P  importants,
  • et l’intégration nécessaire du quartier à la RN 96.
[tab:scénario 3]

Le scénario n°3 tel qu'il est proposé :

  • La station service : plus intégrée dans ce scénario que dans les précédents, les pompes sont déplacées, les cuves restent à leur place, les aménagements de la station (garage lavage) sont disposés le long du bâtiment commercial, côté station.
  • L’hôtel et la salle de spectacle : comme précédemment.
  • Le bâtiment en fond de place, transition  entre la zone qui accède au village et la zone réservée à l’habitat : il a été réduit, fragmenté pour aménager des passages et favoriser la circulation, la lumière : zone réservée  aux commerces autour d’une place plus petite. Pas de logement dans les bâtiments latéraux.
  • Dans la zone habitat, les petits bâtiments ont été regroupés, et bien orientés pour bénéficier d’un ensoleillement maximum.
  • Les logements : une centaine, 20% sociaux, 30% à loyer maîtrisé, 50% en accès libre.
  • Dechets :Tri et collecte des déchets seront pris en compte.
  • Energie : solaire et réseaux de chaleur sont envisagés.
  • Les déplacements doux seront  privilégiés à l’intérieur, deux cheminements seront  créés  pour rejoindre le parc des sports, l’un qui empruntera  le pont de l’autoroute, l’autre passera le long du quartier et le long de l’autoroute pour retrouver la passerelle.
  • Une zone d’espace public devant l’hôtel et la salle polyculturelle qui seront reliés par un dispositif léger genre pergola
  • Pour sécuriser la zone, un 2ème rond-point après le pont (zone sud) sera créé.
  • Le rond point dit des Michelons est aménagé pour limiter la vitesse et sécuriser les modes doux. Au croisement rue de l’agnel et RN 96 l’intersection est prise en compte : un dispositif sera installé (rond point symbolisé, feu…?).
  • La circulation : outre les modes doux, une voie contournante est prévue tout autour de la zone d’habitat : voie à sens unique de circulation, zone 30 kms, 20 kms ou allure au pas ?
  • Les parkings : un parking souterrain (85 places), une zone arrêt minute pour les commerces le long de la RN 96, des parkings en zone inondable à l’extérieur de la zone habitée. 
  • Le bruit : mur anti-bruit sur la bute le long de l’autoroute. Une étude est faite par la CPA pour savoir quel sera « in fine » le niveau de bruit lorsque les bâtiments seront construits.
  • Les coûts estimatifs : des tableau ont été présentés, (difficile de noter tous les chiffres). un équilibre serait réalisé entre charges foncières et dépenses d’aménagement soit 3 Millions d’euros environ de part et d’autre. (cf discussion ci-après). La salle de spectacle n’est pas comprise dans ces prix et reste à charge de la commune, pour l’hôtel et l’habitat ce sont des promoteurs qui réaliseront.
  • Planning : si on est optimiste, fin en 2013. 
  • Le financement : une fois que l’aménagement est envisagé et que l’équilibre financier est réalisé, ce sont les promoteurs qui interviendront. Seule la salle de spectacle sera à la charge de la municipalité. Les charges seront réparties sur les promoteurs : en ce qui concerne les charges de développement durable, ce sera au promoteur de faire les démarches pour demander des subventions.

De l’autre côté du rond point

  • Un parking de dissuasion (terrain à acheter) et un bassin de rétention (appartenant à Escota) ; Cette zone sera traitée ultérieurement. Rien n’est décidé, lemps de réflexion et de décision nécessaires.
[tab:discussion]

Elle a porté sur des points importants, et les décisions sont difficiles à prendre.

  • Le coût du projet : est-il réaliste ? il semble avoir été sous-évalué (prix du m2 de logement, de parking etc). Une 2ème estimation sera demandée à la CPA afin de valider ou non les chiffres présentés.
  • La station service : tous les membres de la commission préféreraient la voir à l’extérieur du quartier durable. Pour cela il faut négocier. Par ailleurs le coût de ce déplacement serait très élevé. Les avantages seraient également considérables : on récupère un espace appréciable, à lotir ou à transformer en espace vert. Dans l’idéal, si elle était déplacée de l’autre côté du rond point, on aurait  un ensemble : carrosserie,  parking de dissuasion, station service. Ça prendra du temps.
  • Le bassin de rétention et le parking de dissuasion : problème de coût également : il faudra racheter du terrain constructible (donc cher) pour faire le parking. L’idée de faire un parking au dessus du bassin de rétention est évoquée : il faudrait alors racheter le terrain à Escota, ce terrain n’est pas constructible donc très peu cher. Mais le coût de réalisation du parking au dessus serait élévé.
  • Les commerces : l’idée de les placer dans les bâtiments de la zone habitée est rejetée, afin de respecter la tranquillité des résidents. Des jardins entre les bâtiments sont préférés.  Par ailleurs la dispersion des commerces dans les habitats pourrait nuire à leur viabilité. On craint que les clients n’y aillent pas.
  • Les logements : il a été proposé de ne pas faire trop de T4, mais des T3 ;  et également des T2  (de nombreuses demandes au CCAS) et de se limiter à R+2 pour préserver la vue. Des logements au dessus des commerces ont été demandés afin de faire un étage de moins sur d’autres bâtiments trop élevés.
  • Le mur anti bruit :  mur ou  merlon végétalisé ?. La mise en place d’un dispositif anti-bruit sera décidée après les études sur le bruit ;
  • Le 2ème rond point (à créer) le surélever, le mettre à la même altitude que le pont.
  • Les accès au quartier : Est retenue l’idée d’une voie à sens unique. Ce qui pose problème ce sont les accès, entrée et sortie. Diverses solutions sont envisagées, elles présentent toutes des avantages et des inconvénients. La possibilité  d’un accès dans le rond point est tout de même préférée, avec sortie en face de la rue de l’Agnel, et aménagement d’un rond point ou de feux…?.. Revoir également l’accès à la station et à l’hôtel.
  • Le quartier lui-même : ce quartier ne doit pas être coupé du village. il y a toujours une rupture. Il faudra trouver une solution architecturale, l’immeuble avec les commerces ne doit pas être un obstacle à la communication, à l’intégration du quartier à la RN.
  • L’arrêt de bus : il est actuellement facultatif devant la station ; où le mettre ? de l’autre coté du rond point ? le laisser à sa place actuelle ?
[tab:Conclusion]
  • De nombreux points restent encore à prendre en compte.
  • Le bureau d’études a fini son travail.
  • La CPA va consulter un autre bureau d’études pour la rédaction du cahier des charges en termes de développement durable.
  • Pour  le bassin de rétention et la station, la mairie doit rencontrer les personnes autorisées pour discuter d’un  éventuel déplacement.
  • On nous précise qu’une communication très en amont sera faite avec les nouveaux habitants du quartier afin qu’ils adhèrent au projet notamment en matière d’utilisation de la voiture.
  • De nouvelles réunions sont prévues dès qu’on aura  les éléments du cahier des charges.
[tab:point de vue du CIQ]

Après plusieurs réunions aux cours desquelles les participants ont exprimé leurs avis, les grandes orientations du projet sont maintenant bien définies, et le dossier passe à la CPA. Le CIQ aurait souhaité une concertation sur le choix de l’implantation du quartier et aurait préféré qu’un débat préalable étendu à l’ensemble de la population venelloise ait lieu.

Conscient toutefois que les quartiers durables doivent prendre en considération toutes les contraintes liées aux emplacements les plus difficiles et essayer d’y pallier, le CIQ juge ce projet préférable à celui de l’implantation d’une Zone d'Activité (ou à son extension) en entrée de ville.

Communiquer avec la population et l’associer à la réflexion nous semble toujours nécessaire, et une information aux Venellois serait encore souhaitable tant sur les principes des quartiers durables que sur la réalisation de ce dossier précis. Cette demande du CIQ a été prise en compte par la mairie  et elle nous a assuré que cela se ferait en fin d’année.

Tel qu’il est élaboré, ce projet doit encore prendre en compte les fortes contraintes environnementales et financières définies lors de la discussion : bruit, coût accès etc…

Sur les points principaux, le CIQ se prononce dans un courrier adressé au Maire pour :

  • Le déplacement de la station service et  la réalisation dans une étape ultérieure de l’ensemble parking relais –station service – vers la carrosserie si cela est possible,
  • le respect des objectifs de la loi SRU en matière de logement sociaux. Le PADD préconise 30% de logements sociaux, or le projet prévoit seulement 20% de logements sociaux + 30% a loyers maîtrisés. Ces logements à loyers maîtrisés peuvent–ils être considérés comme logements sociaux ?
  • la diversification des types de  logements (augmentation du nombre de T2),
  • la prise en compte de  l’ouverture du quartier sur le village et le respect de la perspective,
  • la prise en compte des accès pour les personnes à mobilité réduite,
  • l’implantation d’un arrêt de bus au contact même du quartier et non pas de l’autre côté du rond point.
  • l’élaboration d’un cahier des charges très précis sur les objectifs définis en amont, cahier des charges que les promoteurs devront respecter impérativement, notamment en ce qui concerne  l’architecture bioclimatique

Enfin le CIQ suggère que la conception finale de l’ensemble fasse l’objet d’un concours d’architecte.

Le CIQ, conscient des contraintes d’un tel projet, considère que dans l’ensemble et dans la mesure où les principes des  quartiers durables  auront été pris en compte, cette opération d’habitat comportera des points positifs : offre en logements diversifiés, mixité sociale, lutte contre l’étalement urbain par une densification du bâti, habitat et commerces regroupés, près des points d’arrêts des transports collectifs, modes de déplacement doux privilégiés avec accès au parc des sports, architecture de type bioclimatique ….

[tab:END]

2 comments to La 4ème réunion portant sur le quartier des Michelons

  • danielle

    Bonjour DD et merci pour votre question.

    Bien sur, actuellement nous avons aussi (et encore) besoin de nos voitures personnelles pour aller travailler, mais il faut espérer que peu à peu nous disposerons d’autres solutions.

    D’une façon générale, la France découvre les quartiers durables, c’est une opération relativement nouvelle si l’on compare avec nos voisins nordiques. Il est peut-être un peu tôt pour évaluer ces projets (je n’ai rien trouvé sur le net mais peut être ne suis-je pas allée sur les bons sites), beaucoup de ces quartiers sont en construction (ZAC de strasbourg, rungis, …)
    En tous cas, tous ces programmes doivent « contribuer à promouvoir auprès des usagers des modes de vie et des pratiques de mobilité plus respectueuses de l’environnement ». D’où la nécessité de réduire l’utilisation de la voiture, d’articuler l’urbanisme et les déplacements, et de favoriser des alternatives à l’auto. Cf l’appel à projet quartiers durables de rhone alpes (document de présentation)

    L’engagement ne peut être uniquement celui des citoyens. Si l’on travaille à proximité de son domicile, pas de problème. Mais pour ceux qui travaillent plus loin, il faut leur fournir d’autres moyens de se déplacer dans les quartiers, dans les villes, entre les villes : les municipalités doivent donc elles aussi s’engager à développer des politiques de transports en commun, mettre en place des solutions innovantes de déplacements, proposer les infrastrucures nécessaires (parking de dissuasion par ex , navettes etc, train, bus, tram , pistes cyclables…).

    Certains citoyens très engagés dans les problèmes environnementaux ont déjà expérimenté ce genre d’engagement : Si j’en crois le site internet de ecolodujour à Cologne les habitants sont contents et 95% % seraient satisfaits de ce mode de vie.
    Sur un autre plan des associations participent aussi à promouvoir la diminution de voitures particulières par l’autopartage

    Les quartiers durables modèles (pour l’instant hors de France, mais en Europe tout de même) dejà existants ont tous intégré ce genre d’engagement réciproque nécessitant dialogue information, cogestion …( voir sur le site internet de territoiresdurables)

    Peut-on croire à ce genre d’engagement ? Je n’ai pour ma part pas de boule de cristal pour lire l’avenir et pour savoir ce qu’il adviendra, mais pourquoi ne pas espérer que peu à peu les pratiques changeront ? Ce qui est sur c’est que par rapport aux problèmes environnementaux les mentalités doivent changer. Elles changent déjà, on le voit bien en matière d’urbanisme, de transport, d’énergie.

    Pour en revenir à Venelles – et si j’ai bien retenu –1 voiture et demi par famille serait souhaitable. Pas de voiture dans le quartier, des parkings à l’extérieur et un parking de dissuasion. Modes doux privilégiés. Deux voies aménagées pour aller au parc des sports. Le ciq demande un arrêt de bus proche, et puis il y a la gare….

    Allez voir ces deux articles :
    Pourquoi devrions-nous aller vers moins de voiture
    Des quartiers sans voitures ?

  • Compte rendu clair et précis. Bravo.

    Les futurs habitants devront s’engager à réduire le nombre de véhicules par appartement ! La plupart des ménages n’achètent pas de véhicules par plaisir mais par besoin, pour aller travailler…

    Un tel engagement a-t-il déjà été expérimenté en France ou en Europe ?
    Peut-on croire à ce genre d’engagement ?
    Combien de véhicules par appartement ? par famille ?

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>