Louis-Félix Chabaud, un sculpteur oublié

Conférence à l'EntrepôtVendredi 28 octobre à la salle de l’entrepôt Jean-Marc Héry, présentait une conférence sur Louis-Félix Chabaud. Il a abordé la vie et l’œuvre de Louis-Félix Chabaud, ce sculpteur Venellois méconnu. Né en 1824, à Venelles, après le décès de son père, il habite Aix avec sa mère. Très jeune il s’intéresse à la sculpture et suit les cours des beaux arts, d’abord à Aix, puis à Paris. Lauréat du prix de Rome en 1848, il partit pour l’Italie, pendant quatre ans, pensionnaire de l’État à la Villa Médicis. C’est là qu’il se lia d’amitié avec Alexandre Cabanel, mais aussi avec Charles Garnier


En, 1861, contre toute attente, Charles Garnier gagne le concours de l’opéra de Paris, il décide, alors, de s’entourer d’amis rencontrés pendant ses études et notamment d’autres grands prix de Rome – dont Félix Chabaud – qui le seconderont dans le projet.

Félix Chabaud réalisera près de 800 sculptures à l’opéra, notamment les lampadaires en bronze, la plus grande sculpture de l’opéra (6 m de haut), les décorations du foyer de la danse, les torchères représentées en forme d’allégorie des types d’énergie.

J.M. Héry montra également les nombreux symboles maçonniques que l’on retrouve à l’opéra de Paris.

Félix Chabaud participa également avec C. Garnier et G. Effiel, à la construction de l’opéra de Monte-Carlo en 1878.

Vers la fin de sa vie, il exécuta des bas-reliefs pour le tribunal de Marseille, collabora à la «Fontaine de la Rotonde» d’Aix (statue de l’agriculture) et il réalisa également le chemin de croix de l’église ND de Beauregard à Orgon.

Il reste à Venelles le baptême de Clovis (dans l’église de Venelles) et la statue de l’ange sur sa tombe.

Ce sculpteur a été oublié par l’histoire en raison sans doute de son caractère (ombrageux), de son absence de successeur direct, de sa fidélité à Napoléon III et surtout du rôle de la veuve de Charles de Garnier.

Sa maison à Venelles a été préservée en l’état, de nombreux documents y ont été découverts (esquisses réalisées par Paul Baudry) mais elle n’a pas encore livré tous ses secrets.

J.M. Héry a su nous faire partager, son enthousiasme et la soirée fut suivie avec beaucoup d’attention par un public ravi.

Voir également
Video 1 et vidéo 2

Opéra de Paris, Grand Foyer - Éclairage à la bougie - L.-F. Chabaud

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.