Le bois de la Bosque (suite)

La municipalité a publié une lettre ouverte justifiant son choix de l’implantation d’une maison communale dans le bois de la Bosque.

Images cachées visibles en les faisant défiler : 1 2

(cliquez sur l’article pour l’agrandir)

Voir la réponse du CIQ

Pour une plus grande efficacité, la municipalité a choisi de faire des réunions de concertation qui servent à justifier les choix qui ont été faits. C’est ce qui a été fait pour la RN 96, pour les transports en commun (modification des horaires et nouvelle ligne).
Nous pensons pour notre part que pour conduire l’action publique, le rôle des élus est de savoir construire des compromis entre les différents acteurs et non d’imposer des décisions prises dans le huis clos.
Vous pouvez toujours signer et faire signer notre pétition ici.

Rejoindre la conversation

4 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. bonsoir,

    je vois que “PAS TOUT COMPRIS” n’a effectivement rien compris.
    je crois savoir que l’élue au Patrimoine était là car les sites boisés, ou classés font partie d’un Patrimoine.
    restons vigilants sur les sites de notre commune.

  2. Le plus grand DANGER avec ce projet c’est que ce soit le début d’une hurbanisation de ce secteur…..avec des constructions qui partent du cimetière et s’étalent ensuite vers le Nord Ouest.
    Quel interet ? pour voter nous avons les écoles fermées le dimanche de plus, une maison associative doit etre proche du centre afin qu’elle puisse servir à tous le monde (il est inconcevable qu’elle ne serve qu’aux habitants du clos de la Bosque ou du Val Tourame); le Parc des sports (plus près du centre que le cimetiere) ou les futurs immeubles qui sortiront de terre d’ici 2 ans à coté de la boulangerie Ribeyrou me semblent etre des lieux plus propices à une telle construction…. Le plus grave serait qu’il existe (je me trompe certainement) une volonté d’hurbaniser le secteur autour du cimetière et ainsi transformer les terrains agricoles (non constructibles) en terrains constructibles pour le plus grand bonheur de leurs propriétaires

  3. Personnellement j’ai du mal à comprendre la démarche du premier adjoint.
    On résume :
    1) Nous allons nous respecter
    2) Je parle d’abord, vous m’écoutez
    3) Ensuite vous vous exprimez avec respect et déférence
    4) De toutes les façons nous sommes élus et c’est nous qui prenons (avons pris ?) la décision.
    Aristote aurait ri, car dans le genre de syllogisme ça n’est pas mal !
    Et qu’est-ce-que c’est encore que cette lettre de la mairie aux Venellois ? on pourrait la comparer à d’autres. A croire que la politique se limite à des courriers de justification !
    Bref, nous correspondons par écrit ? Très bien : que les 130 signataires de la pétition envoient tous une lettre postale à Monsieur Chardon… ça pourrait être une bonne idée et l’occuper non ? Surtout qu’une lettre administrative appelle réponse !
    Quant à l’argument qui consiste à dire que cela ne gênerait véritablement que 6 riverains, il est minable.
    Ces riverains ont-ils seulement été consultés ?
    On annonce la construction d’une salle, mais à quoi servira-t-elle au final ? Uniquement à voter ?… ce serait balancer l’argent du contribuable par la fenêtre !
    Une salle de réunion associative ?… où pourront être produits à terme (et Robert Chardon l’a dit lui-même : “nous ne sommes responsables que de ce qui se passe lors de notre mandature”… sous-entendu après moi le déluge, comme aurait dit Louis XV !) des réunions, des concerts… et pourquoi pas pendant qu’on y est, les “Mardis en fête” ou autres babioles !
    Notre maire nous l’a assez répété : “Gouverner c’est prévoir”. Il semble que son premier adjoint soit dans une autre position et ait complété la maxime : gouverner c’est prévoir TANT QU’ON EST EN PLACE. Après on s’en lave les mains !
    Alors je dois être un peu débile mais là “moi pas comprendre” !
    Monsieur le premier adjoint ne peut pas soutenir dans un premier temps le programme du maire qui avait clairement affirmé qu’on ne toucherait pas à cette zone boisée (s’appuyant même sur l’opposition), dans un deuxième temps, imposer aux riverains (qui sont des électeurs et qui ont peut-être voté pour la liste à laquelle il appartient) une construction inique. Et dans un troisième temps se justifier par un courrier en prenant à parti les Venellois et en prônant en définitive la discorde et la division en avançant des chiffres par secteurs.
    Personnellement j’habite à Venelles le bas et, à chaque élection, je fais mon devoir à Venelles le haut, alors qu’il existe un bureau de vote à 50 m de chez moi.
    Je ne m’en suis jamais plaint !
    Autre détail dans la vidéo publiée sur Internet, je crois, par le CIQ : j’ai noté la présence de l’élue au patrimoine (je ne vois pas à quel titre elle était là !), mais j’ai surtout noté l’absence des autres élus et surtout de celui à l’urbanisme. Il est quand même un peu concerné par le problème, il me semble !
    Il s’agirait donc d’arrêter pour cette municipalité, de jouer les girouettes et de considérer que la parole engagée est “modulable”

    1. réponse à “pas tout compris” qui a bien compris hélas…
      Evidemment que les riverains n’ont pas été consultés, d’autant que ceux habitant à la Bosque sont en majorité CONTRE ce projet absurde, qui gênera bien davantage que les maisons proches (travaux, adductions, circulation, nuisances diverses…); sans parler des gens qui viennent se recueillir au cimetière ou assistent aux funérailles (? au son de la Zumba ou autres cours de gym tonic ?). Et ceci concerne tout Venelles. C’est indécent.
      Par ailleurs si on met en parallèle le projet des “tournesols” on note que le VPAM (loisirs de jeunes gens bien motorisés et évidemment bruyants, c’est de leur âge!) se trouvera juste en bordure de la future “avenue du canal” ex-chemin pietonnier en cours d’aquisition par ma municipalité ; la salle communale projetée est probablement destinée à évacuer ce local-jeunes qui gênera évidemment les grands travaux (encore) prévus sur l’avenue de la Grande Bégude..
      D’autre part pour revenir à l’attitude du 1° adjoint, il semble avoir oublié que depuis la convention Aarhus applicable en France depuis 10 ans les citoyens ont le droit à l’accès à l’information, et à participer aux décisions qui touchent leur environnement. Le discours condescendant qui veut nous faire croire à une faveur princière (lorsqu’il vient nous expliquer combien ce projet est magnifique) est clairement hors de propos. Et si l’on devait relever les “inexactitudes” du discours on y passerait des heures..
      Alors mobilisez vous car le PLU revu à la mode autoritarisme va réserver bien d’autres surprises (réunion publique le 18 juillet à 19h salle des fêtes…)