Les accidents de la route à Venelles

Venelles est une commune où le nombre d’accident de la route est très supérieur à la moyenne nationale, (66 accident sur la période 2005 – 2011 contre 16 pour la moyenne nationale).

Le nombre de tué est également sur cette période trois fois supérieur à la moyenne.
Voir les chiffres du ministère de l’intérieur (repris par l’internaute).
Espérons que les prochains travaux d’aménagement envisagés permettront d’obtenir de meilleurs résultats.

Rejoindre la conversation

5 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Et je rajouterai, suite à l’excellent article de l’auto plus paru cette semaine que les ralentisseurs de la rue du claou, sont hors la loi, pour trois raisons : une hauteur bien trop élevée par rapport aux 10cm prévus par le décret de 1994, la présence de l’un d’entre eux dans une voie en pente de plus de 4% et leur totale interdiction dans une rue fréquentée par les transports en commun : bus de ville depuis peu et bus scolaire.
    Il n’y a qu’à voir l’extrême difficulté que ces bus ont pour franchir les différents obstacles.
    La politique autophobe de pseudo-sécurité routière, appliquée maintenant à la rue Maurice Plantier n’a d’ailleurs pas empêché un piéton d’être tué en juin, preuve une fois de plus que la distraction est bien plus cruelle que la vitesse légèrement excessive.

  2. Au contraire, je dirai que la rue du Claou et ses multiples bosses infranchissables, ses arbres qui masquent la visibilité et sa piste cyclable en zigzag (surtout en bas) sur laquelle circulent plus de piétons que de cyclistes puisqu’il n’y a de trottoir que d’un seul côté, est typiquement ce qu’il ne faut pas faire, dans une rue qui ne présentait pas de risque particulier d’accident, sinon pour enrichir les réparateurs automobiles. N’oublions pas que quasiment tous les accidents graves ont eu lieu sur l’autoroute et la route d’Aix au Puy qui traversent la ville, ce qui évidemment contribue à fausser les statistiques, par rapport à des villes comme Eguilles ou Saint-Marc qui n’ont pas de routes aussi fréquentées.

    1. il est vrai que la rue du CLAOU possede de nombreuses bosses!!mais la municipalité a decidé de creer des zones 30 kmh(pour se donner bonne conscience??),mais peu d’automobilistes respectent cette limitation(ref.rue du claou,av des ribas,av de la mouliero….).et en effet la creation de pistes cyclables ont ete faites un peu “anarchiquement”(grenelle,agenda 21…..),et je rajoute le peu de discipline et respect des autres par les nombreux parents qui viennent chercher leurs enfants dans les ecoles venelloises……

      1. La question est : quel intérêt de créer des zones 30 partout, dans la mesure où le danger est extrêmement limité. Y avait-il une mortalité importante sur les voies communales ? Aucun accident grave, rien à signaler depuis de nombreuses années, il s’agit bien évidemment qu’une mesure destinée à rassurer les électeurs aigris, qui s’inscrit dans une logique nationale de chasse à l’automobile.
        Attention, je ne suis pas contre la mise à 30 lorsque cela se justifie : près des écoles en particulier ou dans des rues piétonnes, mais dans une longue rue roulante et fluide, ça n’a aucun sens. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle peu d’usagers respectent cette limitation stupide. Quelqu’un a-t-il déjà réussi à monter le claou en entier à 30km/h au limiteur sans s’endormir au passage ? Même en vélo, je descends plus vite, c’est dire…

        En revanche passer sur les bosses, même lentement, c’est très pénible pour les personnes âgées ou qui ont mal au dos.

  3. Pour ma part, je suis assez déçu et inquiet de certains aménagements des bords de route pour les piétons dans certains quartiers.
    A part l’avenue du Claou qui permet aux piétons et cyclistes de circuler en sécurité, je croise régulièrement des piétons (notamment des mamans poussant leur enfants en poussette) sur le bord de la chaussée dans des situations potentiellement dangereuses.
    Ex. rue du grand puit, av. du pigeonnier, rue de la reille, etc…