La métropole marseillaise vue de Venelles

Lundi soir, le maire a invité les associations venelloises pour évoquer le projet de grande métropole marseillaise. Les associations AVEC (J. REVY), CIQ (P. MICHAILLE) et AVE (G. ABEL) étaient présentes. (Voir leur position en cliquant sur les onglets.)

[tab:Les faits]

La division administrative de la France, qui est le produit de notre histoire, entraîne aujourd’hui un émiettement et un manque d’efficacité de l’action publique. Comme il n’est pas possible de revenir au centralisme étatique d’antan, les différents gouvernements ont essayé depuis plusieurs années de regrouper les différentes collectivités territoriales.

C’est ainsi qu’a été créé en 2000, la communauté urbaine Marseille Métropole Provence qui regroupe 18 communes.

Aujourd’hui afin de créer un pôle à l’échelle européenne, (comparable à Gênes ou Barcelone) le gouvernement souhaite élargir le périmètre de la métropole (en y incluant notamment la CPA). Un projet de loi serait déposé au 1er trimestre 2013 ; un préfet (Laurent Théry, urbaniste) a été nommé le 19 septembre par le gouvernement pour mettre en place le projet.

Voir l’article des Échos.

Les élus sont majoritairement contre le projet.
Qu’en pensent les Venellois ?

[tab:La position du maire]
Le maire est opposé au projet de grande métropole marseillaise, il a signé la pétition des 85 maires contre ce projet, et il va, comme à Aix, installer sur l’hôtel de ville une banderole dénonçant le projet. Ses arguments sont les suivants :
– Risque de perte de pouvoir des élus (On pourra se faire imposer un PLU)
– Risque fiscal (Pourquoi payer pour Marseille ?)
– Problème politique : Le président pressenti pour la grande métropole, est le président actuel, de MPM, un socialiste.

Le jeudi 29 novembre prochain, se tiendra à Venelles à la hall des sports à 17 h, un conseil communautaire exceptionnel de la CPA qui présentera une contre proposition, à la création de la grande métropole : la création de plusieurs EPCI (sur un territoire plus large que la CPA) dans différents domaines (déplacements, université, développement économique etc.).
Le maire souhaite que les venellois assistent à cette réunion afin de le soutenir.

[tab:La position de AVEC]

En ce qui nous concerne, nous sommes à priori favorable à la constitution d’une métropole marseillaise incluant la CPA. Nous pensons que c’est la bonne échelle pour résoudre les grands problèmes de notre région (déplacement, aménagement du territoire, emploi etc.). Nous pensons par ailleurs que ces problèmes sont liés, et leur traitement par des entités indépendantes, comme le propose la CPA est illusoire.

Ce sujet est un sujet important, qui nous concerne directement, mais c’est aussi un sujet complexe. Nous manquons actuellement d’information sur le projet (en particulier sur le mode de fonctionnement des métropoles qui existent déjà).
La future métropole ne pourra pas se construire sans les élus, et il parait illusoire de vouloir bâtir ce projet en trois mois.

En 1993 notre commune a été une de celles qui ont créé la Communauté du Pays d’Aix (avec Aix en Provence, Bouc-Bel-Air, Coudoux, Saint Cannat, et Vitrolles), c’était à l’époque une position courageuse, porteuse une vision de l’avenir. Aujourd’hui les opposants au projet de métropole marseillaise ont les mêmes arguments que ceux qui s’opposaient hier à la mise en place de la CPA.

,
Nous pensons également que les habitants doivent également faire entendre leur voix dans ce débat.
[tab:La position du CIQ]

Le président du CIQ pose trois questions et fait une remarque générale :
– Quelles seront les relations entre la métropole et le département : on ne peut pas empiler les couches administratives à une époque de restriction budgétaire. Pertuis, dans le Vaucluse, fait partie de la CPA ; Arles et sa communauté d’agglomération sera-t-elle dans la métropole ?
– Est-ce que la zone de Fos fera partie de la métropole ? Peut-on imaginer un équilibre économique pour la métropole sans cette infrastructure qui fait de Marseille un port euro-méditerranéen de premier plan ?
– Quelles seront les relations entre communes et métropole? Il est important, tout en réduisant le nombre de communes de peu d’habitants, de préserver un lien entre population et élus, pour que la démocratie garde un sens.

Le CIQ note que, contrairement à d’autres grandes villes françaises, Marseille est plutôt un repoussoir pour les communes avoisinantes. Il faudra du temps pour apaiser les querelles historiques en tenant compte des mentalités. Il faut donc un plan de développement progressif, avec sans doute une première étape de pôle métropolitain. Valoriser les avantages d’une gestion au niveau de la métropole, identifier et réduire les inconvénients, débloquer les freins et profiter des opportunités : tout cela prendra quelques années. C’est cette méthode pragmatique que pourra définir la loi, en précisant les jalons du projet, et surtout en y associant les citoyens par une politique de transparence. Dans un premier temps, un diagnostic de l’état des lieux de Marseille s’impose, avec des propositions pour remédier aux insuffisances, notamment financières : ce n’est qu’à partir d’une vision claire de la situation et du programme de développement à mettre en place que les citoyens pourront se prononcer.
[tab:La position de AVE]
Il apparaît 3 plans :
– le plan politique, avec la volonté de changer le président du Conseil général ;
– le plan financier, avec l’importance du budget du Conseil général par rapport à ceux de Marseille ou de la région ;
– le plan institutionnel, avec la volonté d’harmoniser l’organisation des pays européens, suivant le modèle : région – commune (de quelques dizaines de milliers d’habitants).
AVE note que les relations entre CPA et citoyens sont difficiles, et que la gestion de la CPA est opaque.

[tab:END]

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Ping : 13770-Venelles
  2. Bonjour à vous tous,

    Que le maire soit contre cette mesure, c’est son droit, que je comprends par les prérogatives qu’il risque de perdre avec la création de la future métropole marseillaise. Par contre que les citoyens de Venelles y perdent dans leurs conditions de vie, je suis dans le doute, et la réflexion s’impose, avant d’agir dans un sens ou un autre. La politique des transports publics, engluée actuellement par les fonctionnements différents entre les bus d’Aix, les cars de la CPA, et ceux du département 13, est un des exemples pour laquelle une vision métropolitaine aurait des effets positifs.

    Il ne me semble donc pas normal que le bâtiment de la mairie soit utilisé pour afficher l’opinion du maire sur un sujet de société encore trop imprécis pour que chacun puisse se faire sa propre opinion, et sans que les partisans de la création de la métropole ait un pouvoir de communication équivalent.