L’aqueduc de la Traconnade à Venelles

Venelles recèle l’avant-dernière partie du parcours de l’aqueduc de la Traconnade issu de Jouques.
Pour la desserte en eau d’Aix, les Romains ont construit quatre aqueducs : Saint-Antonin-sur-Bayon, Vauvenargues depuis la source du Claps, et celui de Rognes amenant les eaux de la Concernade. Le plus important, la Traconnade (de traco = trou) du nom de la propriété d’où la source des Bouillidoux, alimentait le canal, avec les ruisseaux de de Fontclaude, de Saint-Bacchi, des Recollettes, et des Palmettes.

Cette réalisation date du IIe siècle après JC, d’après les couches des concrétions calcaires et l’apparence du coffrage de l’enduit, soit le règne de Trajan. Le parcours de l’aqueduc, très sinueux, emprunte la côte de 279 à 259 tout au long des collines de Jouques, Peyrolles, et Meyrargues Il entre sur le territoire de Venelles à la Figueirasse. La longueur du canal a été estimée, de 28 km suivant l’abbé Chaillan, à 50 km, selon Messieurs Boiron et Moliner, en 1988. Jean Reynaud, hydrologue, l’a calculée, lui, sur carte comme de 30 km, kilométrage de l’origine jusqu’au marché antique aux bestiaux d’ Aix.


Intérieur de l’aqueduc de la Traconnade
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

La presque totalité du parcours reste sous terre, en forme de tunnel taillé dans la roche, suspendu le long des thalwegs, ou en ouvrages d’art (ponts ou murs de soutènements) jadis recouverts de dalles, pour préserver la pureté de l’eau de source. De place en place,tous les 55 m, des ouvertures en maçonnerie permettaient la surveillance et l’entretien de l’ouvrage. Les dimensions du specus (fond du canal) varient de 55 à 60 cm de large et de 1,20 à 1,90 m de haut. En maints endroits, les parois conservent l’enduit de béton hydraulique et montrent des concrétions calcaires, soit karstiques par infiltration, soit déposées par l’eau de source saturée de calcaire en suspension. Plusieurs regards ont malencontreusement été bouchés ou vandalisés. On distingue des deux côtés de l’autoroute Aix-Manosque, des tronçons apparents du tunnel mis à jour à la sortie du Vallon de l’Orge (au sud de l’Espougnac, vallon des Traversières) au cours des travaux de l’autoroute 55 en 1981.


Vestige de l’aqueduc du pas de l’étroit à Meyrargues
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Essai de reconstitution des ouvrages de Meyrargues par Marc Fuhry (document provisoire)
(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

L’aqueduc entre dans la colline de Venelles à la hauteur de Terrelongue, où l’on pouvait voir encore naguère deux morceaux du tunnel dans le ruisseau de Venelles. Cette partie a été récemment démolie : il n’en reste que des débris parsemés de fragments de tuiles à crochet (tegulae). Certains évoquent le puits de Font Trompette comme surmontant un regard, d’autres le mettent en doute. Quoiqu’il en soit c’est dans les parages que le canal quittant la surface proche s’engage sous le village pour un fantastique tracé direct à travers les couches karstiques à quatre-vingt mètres de profondeur, exploit considérable, même de nos jours.
Sur près de 9 km, Montrichier, ingénieur des Ponts et Chaussées avait repéré en 1838, 8 à 9 regards jusqu’au puits Dubreuil (au Four des Banes) à Font Lèbre (Platanes). De ces regards, un seul subsiste, obturé, et menacé par des gravats, celui des Michelons, près de Saint-Hippolyte avec sa margelle et sa dalle. Le dernier vestige est le puits Dubreuil, four des Banes (45 m de profondeur).


Puits d’accès au canal

Plusieurs autres vestiges subsistent sous la route ou dans des caves particulières à Saint-Donat et Saint-Eutrope, mais inaccessibles, jusqu’à Aix.Alain BALALAS (Ancien directeur d’école à Venelles, officier des Palmes Académiques, correspondant du Journal la Marseillaise, et auteur de plusieurs ouvrages.)

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Bonjour,
    J’ai lu votre article sur l’aqueduc de la Traconnade et vous mentionnez plusieurs fois
    le Four des Banes. Je suis propriétaire d’une maison qui se trouve sur le chemin rural
    du Four des Banes et nous avons 1 puits et un four très anciens qui n’ont jamais été datés.
    Pouvez vous me contacter et me donner vos coordonnées pour vérifier si ces ouvrages ont un lien avec vos recherches ?
    Cordialement
    Laurence Biancotto