Les impôts locaux à Venelles

D’après plusieurs sondages, la fiscalité reste un enjeu important pour les prochaines élections municipales. A Venelles, nombreux sont nos concitoyens qui trouvent que les impôts locaux sont trop élevés et qu’ils feront leur choix, en mars, en fonction de l’engagement des listes en compétition à les réduire.
Qu’en est-il exactement ?
Sans être un spécialiste de la fiscalité locale et à partir des éléments disponibles essayons de nous faire une opinion.

Les impôts locaux à Venelles sont plus élevés que dans les autres communes
C’est vrai, si on regarde une comparaison avec les communes limitrophes, (chiffres de 2011) nous payons à Venelles 562 €/hab/an contre 460 €/hab/an à Aix et 456 €/hab/an à Vauvenargues et 424 €/hab/an pour la moyenne des communes de taille équivalente.

Les impôts ont augmenté plus rapidement à Venelles que dans les autres communes.
C’est vrai
. Voir la comparaison avec les communes limitrophes.

A Venelles, les impôts locaux par habitant ont donc augmentés de 79.55 % entre 2000 et 2011.
Pendant la même période, les communes françaises similaires à Venelles, ont vu leurs impôts locaux par habitant augmenter de 12.77 % en moyenne.

Les charges de fonctionnement sont plus élevés qu’ailleurs
C’est vrai
, nous payons à Venelles, 1 213 €/hab/an, contre 1 015 €/hab/an moyenne des communes de taille similaire.

Les charges de personnels sont plus élevées qu’ailleurs.
C’est faux
, les charges de personnel à Venelles représentent 509 €/hab/an contre 504 €/hab/an moyenne des communes de taille équivalent (l’écart s’est même réduit depuis 2008). Source ministère des finances.

Le niveau d’endettement est inférieur à la moyenne.
C’est vrai
, la dette représente une annuité de 78 €/hab/an contre 112 €/hab/an en moyenne pour des communes de similaires.

Voir le budget municipal 2011.

Le maire de Venelles est-il dépensier ?

A partir de ces éléments, nous attendons des propositions de la part des différentes listes :

Quels regards portent-ils sur la gestion des finances communales durant la dernière mandature ?
Comment comptent-ils gérer notre commune ?
Quels projets comptent-ils financer, quelles économies s’engagent-ils à faire ?
Quel sera l’impact sur le budget communal et les impôts locaux ?

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Vous faites référence à la moyenne nationale des charges de personnels. Je ne pense pas que ce soit une bonne comparaison, et je ne saurais trop vous recommander de prendre connaissance d’un tout récent article du Point :
    Chacun sait qu’une grande majorité de communes abusent des emplois de complaisance, et multiplient leurs services grâce à la clause générale de compétence, plutôt que de se concentrer sur le cœur de leurs attributions. En la matière, je pense qu’il convient d’aller voir les communes qui se distinguent par l’excellence de leur gestion, celles qui font référence en la matière, qui ont eu droit de cité dans un journal télévisé, et qui se voient décernées un 20/20 sur le site « contribuables associés » pour la qualité de leur gestion financière, quand Venelles ne se voit attribuer qu’un pitoyable 6/20, et parmi celles-ci une commune des Bouches du Rhône : Plan de Cuques. La moyenne de charge de personnels par habitants n’y est que de l’ordre de 280€. Pourtant cette commune de Plan de Cuques est fort bien tenue, et dispose d’environ 80 employés municipaux dont une police municipale qui garantit une bonne sécurité. Non la grande différence réside dans le nombre d’employés dans les bureaux de la mairie : 15 personnes ! A Venelles, près d’une cinquantaine, Trois fois plus !!! Il est par ailleurs à noter qu’à l’inverse des dépenses de travaux, les dépenses de personnel sont permanentes et augmentent automatiquement chaque année. N’y a t-il pas là matière à réflexion? Je vous remercie

  2. Les tableaux nous donnent bien la ventilation des postes, mais nullement à quoi l’argent est (ou a été ) employé : y a-t-il eu des investissements structurants (écoles pour les enfants, établissements pour séniors, usine de traitement d’eau, etc.) qui ont justifié des emprunts qu’il faut maintenant rembourser ? C’est à la municipalité actuelle de répondre, car elle a tous les éléments. Il faudra pour la suite un engagement de chaque liste de présenter chaque année en réunion publique l’état des finances de la commune, les investissement prévus et leur impact sur le budget. N’oublions pas non plus l’effet d’incitation à la dépense que représente la CPA : combien de projets sont soi-disant “payés par la CPA”, c’est à dire que le citoyen venellois n’a pas de droit de regard sur ce type de dépense, qu’il faut bien payer avec nos impôts ! Mais si Venelles renonce à profiter de cette “subvention” à hauteur de 50%, c’est la commune voisine qui va en profiter ! D’où la course inflationniste à la dépense publique. Nous attendons de nos élus qu’ils proposent des règles plus strictes pour la Métropole !