Passage à niveau : 6 mois sans diminuer la dangerosité

En décembre de l’année dernière, le CIQ de Venelles a souligné l’urgence de mieux marquer au sol et de mieux signaler à l’avance la présence du passage à niveau situé en plein milieu de la commune de Venelles, sur son axe central, entre la zone d’activité au nord et la zone commerciale au sud. En effet, des accidents mortels s’y sont déjà produits, et la mort de 4 enfants dans un car scolaire près de Perpignan avait rappelé que ce type d’accident est toujours possible. Or de nombreux bus de ramassage scolaire et de ville traversent ce passage à niveau, tous les jours dans chaque sens.
Voir l’article du 17 décembre 2017

Que demandions-nous ? En tant que contribuables, des mesures peu coûteuses mais efficaces : peindre la chaussée en damier pour marquer l’interdiction de tout arrêt, une signalisation lumineuse annonçant le tronçon dangereux, pour se démarquer de la forêt de panneaux publicitaires qui enlaidissent ce faubourg et détournent l’attention des automobilistes.

Quelle a été la réponse ? Le rehaussement des feux au niveau du passage – mais de toute façon, l’automobiliste qui suit un bus ou un camion ne les verra que trop tard. La réfection de la chaussée sur quelques mètres de part et d’autre, ce qui a dû enrichir quelque entrepreneur de travaux publics mais ne diminue en rien la dangerosité.
Voir la photo.

Qu’en concluez-vous (plusieurs réponses sont possibles) ?
– Il ne sert à rien de rouspéter ni de donner des conseils.
– Les édiles se foutent de votre sécurité.
– Le « pas cher » n’intéresse pas les édiles. Expliquez pourquoi.
Allez, un peu d’imagination, vous allez bien trouver d’autres conclusions !
Bon devoir de vacances.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>